Les Sorties du dernier trimestre 2019

Voilà ce qui s’est passé:

  • Dimanche 10 Novembre : Le BEJART BALLET LAUSANNE à l’Opéra de Versailles – Témoignage d’ une participante :

« Nous étions 19 inscrits. Le programme se divisait en trois parties : la dernière création de Gil Roman, danseur fétiche de Béjart « Tous les hommes presque s’imaginent… » , puis les reprises des deux créations de Béjart « Brel et Barbara » et l’emblématique « Boléro de Ravel ».
Dans la première partie Gil Roman, très inspiré par la musique du compositeur américain John Zorn, a entraîné ses danseurs, et nous, le public,  « au-delà des murs  »… Décor dépouillé, sur la scène un Mur , les tableaux de danse se passent autour, contre,  au-dessus… c’était original !
Un petit entracte et c’étaient les chorégraphies créées par Maurice Béjart en 2001, lequel avait relevé le défi lancé par Brel , alors qu’il l’avait rencontré à Bruxelles et que celui-ci,  sachant que Barbara faisait partie de ses amis, lui avait dit : « Un jour, on fera quelque chose avec Barbara et moi! ». Quel  bonheur de voir la grâce des danseurs exécuter leurs pas alors que raisonne la voix de Brel sur « Quand on a que l’amour », « ne me quitte pas » ou la voix de Barbara sur « l’aigle noir », « la nuit lumineuse »…
Second entracte et le rideau se levait à nouveau sur la célèbre table rouge, idée géniale (en son temps-1961) pour la célèbre chorégraphie de Béjart. Le rôle central, la mélodie, était ici confiée à une danseuse, le rythme était interprété par l’ensemble des danseurs…Toujours un émerveillement, ce ballet,  et quel régal ce Boléro qui monte crescendo !!!
Nous nous sommes régalés, et avons eu l’impression « d’en avoir eu pour notre argent !  »

  • Samedi 16 Novembre: Le CIRQUE PLUME au Théâtre de Saint Quentin-en-Yvelines

17 Alcasiens ont souhaité assister au spectacle intitulé « La Dernière Saison », et pour cause, après 36 ans de service, le Cirque plume va tirer sa révérence fin 2020… Quel chemin parcouru depuis sa création en 1984, par un groupe de musiciens, bonimenteurs et jongleurs francs-comtois, avec bien peu de moyens… Un cirque pas ordinaire, qui s’empare de la forêt, de la neige, du vent, des plumes, à sa façon : dans la rire, la fragilité, en actes de cirque et de musique… Nul doute que ce cirque, pour ceux qui l’ont connu, laissera dans les esprits et les yeux, de belles images, une douce dinguerie, une gentille poésie.

  • Vendredi 29 Novembre: Déjeuner-Spectacle  AU PARADIS LATIN

C’est dans cette salle mythique (car créée par Napoléon en 1803 et reconstruite par Eiffel en 1889) que 26 Alcasiens ont partagé un repas, en attendant la revue « L’Oiseau Paradis » menée par l’ancienne Miss France et Univers : Iris Mittenaere. Un pré-show musical a accompagné le service de l’entrée jusqu’au dessert, puis ce furent le défilé des tableaux de la revue, mis en scène et chorégraphiés par Kamel Ouali (célèbre depuis la Star Académie). De Magnifiques costumes, des paillettes, comme il se doit, une quinzaine de décors exceptionnels, près de 2 heures d’effets spéciaux, du dynamisme, de l’humour et du glamour ont ravi les Alcasiens présents.

  • Samedi 7 Décembre: Concert ROCH VOISINE à la Lanterne Rambouillet

Comme d’habitude la grande salle était bien occupée, alors même que tout un chacun se demandait comment le chanteur allait tenir 1h30 ayant surtout en tête la chanson « seule sur le sable, les yeux dans l’eau »…Eh bien ce fut la découverte d’un Répertoire beaucoup plus vaste, d’un Roch Voisine, certes à la cinquantaine, mais physiquement peu vieilli,  en forme , et prenant le temps d’expliquer au public, à quelle occasion il avait écrit telle ou telle chanson … Peu d’Alcasiens (7) avaient demandé des places, mais les présents ont passé un bon moment et apprécié la belle voix, la sympathie et l’assurance sur scène, de Roch.

  • Jeudi 12 Décembre: Exposition TOULOUSE LAUTREC au Grand Palais

Des jours de grève qui s’enchaînent… Les 30 Alcasiens inscrits pour la sortie Toulouse-Lautrec au Grand Palais à Paris sont un peu inquiets : « Allons-nous devoir renoncer à cette exposition inédite sur Paris et destinée à mieux faire connaissance avec ce peintre dont l’œuvre est plutôt présente au Musée d’Albi ? »… Ouf ! les réservations Bus et Guide ne sont pas remises en cause, et à l’heure prévue, les Alcasiens franchissent la porte tambour du Grand Palais pour découvrir l’exposition « Toulouse-Lautrec, résolument moderne  ».
Superbe exposition, en effet, qui réunit près de 200 tableaux du peintre, réalisés au cours de sa courte vie, puisqu’il meurt  à 37 ans. Une guide, très compétente va progressivement faire admettre au groupe, que l’œuvre de Lautrec ne se réduit pas aux chevaux, déjà si bien dessinés, pendant son enfance et aux danseuses du Moulin Rouge… Tous vont comprendre, au fil du parcours, qu’en fait l’artiste a une fascination pour la Comédie Humaine dont il est acteur et témoin…Il cherchait avant tout l’authenticité de ses modèles. Il avait compris le potentiel artistique que représentaient les lieux de plaisir de la capitale, mais Il peignit tout aussi bien les filles du peuple, comme la rousse Carmen croisée à Montmartre. Il n’était pas misogyne, au contraire, il vouait un culte aux femmes … Alors que lui-même était desservi par un corps disgracieux et infirme, il aimait peindre des corps en mouvement, en équilibre…
Ouvert à toutes les expériences et virtuose de la lithographie, il s’engagea aussi auprès de théâtres, de lieux culturels, pour réaliser des affiches, illustrer des écrits.
Les Alcasiens en sont ressortis convaincus : ce peintre de la fin du XIXème, au talent libre et sans conformisme, était résolument moderne !

  • Samedi 14 Décembre:  JACQUES GAMBLIN au Prisme à Elancourt : « Je parle à un homme qui ne tient pas en place »

Dommage ! Seulement 5 inscrits, pour assister à ce seul en scène, nominé aux Molières 2018 et dont le texte est écrit et joué par Jacques Gamblin. C’est l’histoire de son amitié naissante, avec le navigateur Thomas Coville, qui se développe, au fil des milles nautiques, parcourus par ce dernier et des kilomètres parcourus par l’autre, sur une scène, mais avec des mots qui font la jonction. Un voyage interne-externe, un instant T de vie, de passion, de sensations… Les 2 hommes se parlent Vrai, se mettent à nu…  Un dialogue intense, vibrant d’émotion, car porté par celui-là même qui l’a vécu, écrit et du coup a réussi son pari : Agiter le fort intérieur du public venu l’entendre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s